Mis en avant

Pour m(l)a petite histoire

J’ai 40 ans ou presque, et 20 ans de régimes derrière moi. Ce que j’y ai gagné ?  probablement 30 kilos.

Je me suis toujours vue grosse dans une famille où on était plutôt mince. Les photos de ma mère jeune fille et taille 0. Ma sœur qu’on appelait la Brindille.
Et ma mère que toutes mes copines et mes tantes admiraient car elle était mince sans effort après 4 enfants. Et il faut dire qu’elle avait la classe. Secrétaire de direction, belle, tjrs tirée à 4 épingles et en talons hauts.

Et moi ? On m’appelait dem’s. Un surnom affectueux qui se rapprochait de bouboule. Je comprendrais plus tard, en passant la barre des 80 kilos que j’étais normale à l’époque, sans doute autour de 50/55 mais que simplement, par rapport à la morphologie usuelle de ma famille j’étais plus enveloppée.

Bref je ne suis pas venue vous raconter ma vie mais mon nouvel essai de maigrir en temps de COVid ; Là où le sport en plein air est devenue un concept et que quand on est obèse et flemmard, et bien le COvid a bon dos.

Pourquoi j’écris ? Parce que je viens de parcourir Doctissimo et que tout le monde veut la même chose que moi sur le forum nutrition : de l’aide pour maigrir. Mais personne ne propose ce que je recherche désespérément un groupe de soutien, où le partage ne sera pas superficiel et où je pourrais aborder l’aspect psychologique de mon propre malheur…Dont je suis l’artisan.

Ne me suggérez pas le psy, ça coute un bras et même si perdre le poids d’un bras me plairait, j’en ai trop besoin.

Est-ce qu’ouvrir un journal de bord me permettra de me motiver ? Je n’en sais rien… Est-ce qu’il me forcera à tenir mes objectifs, j’en sais rien…Mais alors pourquoi es-tu là ?

Simple narcissisme qui je l’espère s’épanouira et m’obligera à veiller enfin sur moi par le regard des gens…A l’heure où j’écris ces mots je n’ai pas d’autre résolution que d’essayer de perdre du poids. Comment ? Je ne sais pas. J’ai tenté tellement de choses infructueuses. J’ai lu tellement de manuels de nutrition; j’aime le sucre, les légumes, la charcuterie et manger, manger….Ecrire aussi mais je le fais moins que manger. Ahahaha

Depuis 2 mois, j’enchaine en cas sucrés sur encas sucrés. Je vois bien que cela agit sur ma santé mais c’est comme si je ne pouvais pas m’arrêter. Comme si je voulais me détruire petit à petit sans avoir le courage de me suicider. Mon côté mégalomane sans doute.

Alors j’espère un jour descendre en dessous de 80 kilos (j’en fais près de 100, je fuis la balance depuis au moins 1 mois et en général quand je la fuis ce n’est pas parce que j’ai été sage).

Une semaine plus tard je me suis en effet pesée. J’étais à 98 soit 6 kilos de plus que sur cette photo

Si ce journal pouvait me permettre de déverser mes peurs, ma rancœur, mon envie de sucre et mon appétit d’ogre… S’il pouvait me permettre de rationnaliser mes apports, de me remettre un peu au sport alors j’imagine que j’aurais gagné…alors je saute dans l’inconnu et je t’offre mon cœur à défaut de mon âme journal…

Accompagne-moi, aide moi. Sonde moi…Je saute…falaise et aspire un grand coup…

Jour 0… du reste de ma vie. Il est 23h18, je viens d’écrire un pavé mauvais et narcissique sans doute inutile mais qui sait s’il aboutira sur quelque chose ?

Mis en avant

A Propos

Au moment où j’écris cette ligne, je suis une fille de presque 40 ans qui devant l’échec de ses régimes successifs a besoin de trouver un autre angle d’attaque pour sortir de son obésité Morbide (IMC>35).

Avec le confinement et même avant il m’est très difficile de trouver des relais, des aides ou des compagnons d’amaigrissement. Alors profitant pour la première fois de l’amour de l’écriture et de ce plaisir renouvelé, j’ai décidé de rendre publiques mes aventures, espérant que l’œil extérieur me forcera à suivre les contraintes que je m’impose à moi-même. Au passage si je peux en inspirer quelques uns je n’en serai que plus fière.

Au gré de ces pages, vous lirez mes humeurs, mes échecs et succès. Peut-être commenterez-vous et pourrons-nous échanger….

Alors bienvenue et bon voyage …

Et oui c’est mon moi…

Au secours je n’y arrive pas.. Mais JE VEUX MAIGRIR !!!

Je ne sais pas me l’expliquer mais je savais bien que je ne devais pas acheter ces gateaux à destination du bureau…Je savais que ce gateau au chocolat dont j’avais lu la recette sur internet et qui m’obsédait était une mauvaise idée… Il est très bon  mais c’est une mauvaise idée.

Du coup hypnose ? Poubelle ?

Retenue et maitrise de soi ? Poubelle

Balance à la baise ? Sais pas mais probablement poubelle…
J’en ai ma claque de ces allers et retours donc si quelqu’un a une astuce qui marche vraiment… je prends. Please help !!!!

En gros comment ne pas acheter de conneries dont on sait qu’on les regrettera plus tard et réguler sa consommation de produits à risque pour qu’elle reste raisonnable sans forcement être interdite ?

Hypnose, sucre, moi sur ma balance

J’ai eu ma 1ère pesée depuis le 99Kg. Et j’ai perd u presque 3 kilos en 2 semaines. Je ne vais pas m’en plaindre d’autant que je ne me prive pas. J’utilise toutes sortes de méthodes farfelues et qui sait peut être que ça réussira cette fois-ci. Bien sur, mon 2ème nom c’est sucre, le 3ème c’est Yoyo et le 4ème nourriture donc je sais parfaitement que 2 kilos ne font pas 30. Mais comme je dis à chaque fois, il faut bien commencer quelque part et si je régresse, et bien je recommencerai du départ le jour où j’en aurai re-le courage.

Aussi quand j’ai cherché hypnose et sucre sur youtube je suis tombée sur une palanquée de séances. Je n’ai pas vraiment d’explications sur pourquoi je l’ai choisie mais j’ai jeté mon dévolu sur celle-ci-.

Peut-être est ce le nombre de vues ? Le nom de la chaine très poétique ? « Une voix qui Porte ».

Je n’ai aucun contrat ni incitation à parler d’elle… je vous jure. Je vous mets cependant le lien vers sa chaine.  https://www.youtube.com/channel/UClZVFCDd_oa2L_88aNhwKlg

Bref je l’écoute 2 à 3 fois par semaine. Une fois de plus je suis incapable de dire si ça marche. En revanche je sais que je m’endors en général en début de vidéo et je me réveille à l’impulsion à la fin, je ne sais pas pourquoi. Est-ce que j’ai arrêté le sucre. Si je dois être sincère avec vous non. Mais je n’ai pas fait d’épisode de compulsion sucrée. Ma conso bien qu’excessive à mon avis reste raisonnable par rapport à ce qu’elle a pu être. A termes j’espère passer à un raisonnable d’une à 2 fois par semaine maxi.

En attendant ma balance vous dit coucou !!!

Avoir honte de son corps…

Une des questions que je me pose régulièrement sans vraiment y répondre est de savoir si j’ai honte d’être grosse ?

Je ne sais pas. Je fais facilement des blagues dessus, je sais que je pourrai ne jamais réussir à être autre chose physiquement donc autant vivre avec. Mais plus que mon poids c’est le handicap qui vient avec qui m’insupporte, pas possible de courir, de danser ou sauter trop haut. De plier les genoux, de dormir sur le ventre. ET je ne vous parle pas du souffle en pleine gymnastique amoureuse. Bref être gros voire obèse comme moi ça craint pour le confort de vie. Et puis je vieillis, je me sédentarise, ce qui aggrave les désagréments que j’arrivais plus ou moins à gérer avant.

Je ne déteste pas vraiment mon corps mais je ne l’adore pas non plus. En fait la plupart du temps je me dis surtout que vu tout ce que je lui fais subir il n’est pas si mal. Et au final je lui suis reconnaissante de ne pas m’avoir totalement lâché. Je suis conscience qu’il finira par le faire un jour et si je veux que ce soit dans ma vieillesse plutôt que ma jeunesse je ferai mieux de l’aider.

J’ai toujours admiré les grosses qui s’assument. Qui créent haut et fort « Je suis grosse et je vous merde »…Un peu à la Beth Ditto. Mais j’ai du mal à croire que ce soit totalement sincère. Quand un médecin t’annonce que tous tes facteurs sont au rouge et que tu ferais mieux de maigrir, quand tu ne peux pas porter une jupe à même la peau sans te retrouver avec des escarres sur les cuisses…Je me dis qu’il y a quand même une part d’esbroufe là-dedans.

En tout cas moi j’adorerai faire du hip ho, sauter, faire des rando au même rythme que le groupe, pareil que le vélo et aujourd’hui mon poids a bon dos pour m’en empêcher…

Mais c’est loin, loin d’être gagné quand la balance me montre 99kilos ce weekend soit près de 2 kilos de plus que quand je me suis pesée juste après avoir démarré ce blog. Ma hantise, ma peur c’est de dépasser de nouveau 100kilos et là j’ai vraiment peur…

Sugar sugar not free

Photo de Karol D sur Pexels.com

Je ne pense pas pouvoir parler de journée réussie mais c’est sans doute ma journée la moins ratée depuis 10 jours. Bien sur j’ai quand même mangé du sucre. 4 sablés St Michel et 2 petits Prince mais comme je n’ai pas déjeuné (Boooh) mes autres apports caloriques étaient seulement au diner. Diner fait de riz, thé et légumes en sauce. Sur les quantités je pense que je suis encore forte mais si j’arrive à les maitriser le soir  quand je mange à midi je tiendrai le début du bon bout.

Bilan de la 1ère semaine

Aujourd’hui j’ai enfin affronté l’ennemi que je redoutais depuis des mois, celui contre qui j’inventais des arguments pour ne pas avoir à l’affronter: « Hein tu comprends je suis trop ballonnée ce ne sera pas représentatif et blablabla ». Tu parles si tu évitais les expéditions frigo après 23H, tu digérerais normalement. Allez on s’y met à 4 mains, il faut au moins ça, allons rencontrer…ma balance.

Le verdict est tombé, Brut glacial, 97.7. Pétasse de balance, comment ça elle n’y est pour rien ?

Je ne vais pas dire que je ne m’y attendais pas, je redoutais même d’être à 99 voire 100 mais mes fringues m’allaient encore ouf. Voilà où j’en suis, voilà d’où je pars. Une 1ère semaine qui s’est résumée à un jour OK le reste partant dans des délires sucrés que je vous épargne ici.

Seul avantage aujourd’hui j’ai marché 1heure environ pour les besoins de mes courses. Je ne marche pas assez et pourtant chaque fois que je le fais je sens en moi cette euphorie, cette impression d’être libre, totalement, complètement. Ce n’est pas de la marche sportive, juste de l’errance dans les rues de mon quartier à découvrir les rues et maisons inconnues. Pas d’objectif cardio, sauf aller d’un point A à un point B…parfois. Je suis incapable d’expliquer pourquoi je ne le fais pas plus souvent. Probablement juste la flemme comme avec la danse et e Yoga alors que j’adore ça.

En tout cas je sais d’où je pars. Je sais où je voudrais arriver, 27 kilos plus bas mais je ne sais comment y aller. J’ai fait le tour des bouquins esthétiques et des régimes, Dukan, thonon me connaissent. Cohen et autres diètes équilibrées sont trop ennuyeuses pour l’organisation que ça demande et la motivation long terme. A la limite un service de préparation livraison de repas, mais Comme j’aime,  les repas industriels ce n’est pas mon truc et puis de toute façon j’en ai pas les moyens.

Ce que je sais c’est que ce qui me conviendrait serait une espèce de coach qui me ferait bouger au quotidien et pas en mode virtuel et qui m’apporterait au quotidien des repas équilibrés issus de produits de saison. Ooops ! Je sais où le trouver… dommage je n’ai pas les moyens de faire « Real wifes of Hollywood » ou l’équivalent. Je vais devoir me contenter de ma volonté inexistante et de mes moyens financiers disons…Bon n’en parlons pas. 

Au final je vais essayer de me challenger à la semaine, c’est déjà suffisament chaud pour moi. Au programme:

  • 0,5 L de thé/ jour
  • 1 à 1,5 L d’eau ou eau parfumée
  • jeune intermittente 21h/ 10h.
  • pas de sucre à la maison et essaye de résister au tiroir à gâteaux du boulot
  • Ok sur le petit pain cordial du vendredi au travail.
  • Diner du soir maison
  • Coucher 23h30 max une gageure pour moi.

En fait hormis les 3 premiers toute cette liste me parait une gageure. Mais puis-je me plaindre de mon poids et continuer de grossir ? Sans m’en prendre à moi-même ?

Parce qu’il faut commencer…Jour 1

Puis-je prétendre que ce fut une mauvaise journée? Pas vraiment. Disons plutôt dans la lignée de mes journées moyennes;

Je n’ai quasiment pas pensé à de la nourriture ni au sucre. Pourtant je savais que le tiroir a tentations avait été alimenté par les collègues. Vendredi j’y avais vu des Prince pas charmants pour ma ligne et autres tentations détestables.

Après ma crêpe de 06H40, j’ai bien pris un café vers 10h. Il aurait pu s’accompagner d’un croissant gentiment proposé par un collègue. Dieu merci sa tête toute rassie m’a coupé l’envie de lui dire oui (je parle du croissant). Café noir ce sera.

Le midi fut moins classe car je me suis accordée rien moins qu’un frite hamburger surmontée d’une crème chantilly coco cacao. Le cacao était sensé être mousse; il se révèle décevant, banale crème même pas digne d’une Danette.

Qu’à cela ne tienne je me rattrape en cette semaine de nouvel an chinois avec des fritures le soir samossa et nems bien gras mais bien bons… Vous savez dit diététiques? en plus ma coloc m’a proposé des crêpes auxquelles je ne résiste de nouveau pas puisque j’en prends une au chocolat chantilly.

Vous vous demandez donc en quoi cette journée est un demi-sucess avec tout ce sucre? Je m’en vais vous le dire:- J’ai des kinder pingu au frigo je n’y ai pas touché et n’ai pas ressenti l’envie d’y toucher.- J’ai des gaufrettes au choc et des biscuits cacaotés. Normalement j’ai tjrs une envie vers23 h ou en plein dîner. Je les aime avec du lait chaud qui me fait retomber en avance… Je les trempe et les laisse fondre. ce qui les transforme en une bouillie que n’importe qui d’autre, sauf moi et un bébé, trouverait dégueu. Je me vautre dans ce cocktail régressif et n’en sors que quand mon ventre est trop plein et ma bouche trop écoeurée pour en accepter davantage…

Depuis quelques années pour apaiser ma culpabilité et en espérant avoir la pitité de mon futur diabète, j’ajoute  dans le lait chaud du cacao pur et des flocons d’avoine. je crois que ça fait baisser l’index glycémique du plat mais autant dire que quand on en enchaîne 3 bols d’affilée, l’intérêt devient limité. je me console alors en me disant que sans ces additifs, j’aurais quand même fait 3 bols mais avec 0 glucide complexe type flocons. 

Je reviens aux gauffrettes et ce n’est qu’en écrivant ce mot que je me rends compte que je n’ai pas du tout pensé à elles en ouvrant mon placard ce soir. D’habitude tant que le paquet n’est pas fini, je ne le laisse pas respirer. Pas de pensée, pas de tentation…2 ème victoire! 

– Enfin 3ème et pas des moindres « 0 » grignotage aujourd’hui. Oui tous mes apports sucrés se sont faits lors d’un repas équilibré. Comment ça le sucre est venu déséquilibrer la fin du repas? Comment ça la crêpe du matin n’était pas indispensable? Je sais tout ça mais je sais aussi que pas de croissant, pas de tiroir magique au frigo. Et pour moi ce sont eux qu’il faut bannir. Les desserts de fin de repas viendront un jour… Si ça doit venir. 

Pour demain je me mets au défi de refaire la même chose, sans la crêpe du matin…Mon diner est déjà prêt. Espérons qu’il sera plus équilibré que celui de ce soir. Je sais déjà qu’il sera moins gras (plus de nems à la maison). Sera-t-il moins sucré ?

PS: En plus j’ai dansé ma demi-heure. Et bien croyez moi ou non, j’ai sué. pas bcp mais quand même; j’ai senti mon rythme cardiaque s’accelérer et je me suis sentie ridicule, honteuse et ridicule. 

je n’ai même pas sauté, j’ai essayé de ne pas solliciter mes genoux; en terme de cardio c’est très basique mais je suis grosse, sédentaire et flemmarde. autant de critères qui font que mon corps et mon cœur ne me suivent plus. 

Une des choses que je rêve de faire/refaire si je mincis c’est de reprendre des cours de salsa. Des cours où je n’aurais pas l’impression de faire fuir mon partenaire par l’aigreur de ma sueur au 1er passé Doble. Oui c’est moche d’être gros et de ne pas tenir des efforts minimes…

Carême m’accompagne

Déjà je connais un défaut chez moi. Je manque de persévérance. Toujours ultra enthousiaste au début, j’en fais trop puis je laisse tomber au bout de 3 jours, 1 semaines, 2 semaines pile quand il faut tenir dans la durée ; c’est ainsi que je suis ; je ne sais pas pourquoi.

Cela ne m’étonne donc pas qu’au bout d’une semaine je n’ai fait que 1 journée que je considère bien. Aussi je vais essayer en cette 1ere semaine de carême (que je ne fais pas d’habitude » de prendre en résolution le soin de mon corps. Ce n’est pas forcement très christique mais n’a-t-on pas le devoir de prendre soin de ce que Dieu nous a donné ? Quels que soient les griefs qu’on pourrait avoir contre lui ?

Oui je sais je suis en mode Mystique totale. Mais ça aussi c’est moi.

Présentation personnelle (exemple d’article)

Voici un exemple d’article, publié initialement dans le cadre de la Blogging University. Inscrivez-vous à l’un de nos dix programmes et lancez votre blog.

Vous allez publier un article aujourd’hui. Ne vous inquiétez pas pour l’apparence de votre blog. Ne vous inquiétez pas si vous ne lui avez pas encore donné de nom ou si vous vous sentez dépassé. Cliquez simplement sur le bouton « Nouvel article » et dites-nous pourquoi vous êtes ici.

Quel est votre objectif ?

  • Vos nouveaux lecteurs ont besoin de contexte. De quoi parlerez-vous ? Pourquoi devraient-ils lire votre blog ?
  • Cela vous aidera à vous concentrer sur vos idées à propos de votre blog et sur la façon dont vous souhaitez le développer.

L’article peut être court ou long, contenir une introduction personnelle sur votre vie, décrire la mission de votre blog, présenter un manifeste pour l’avenir ou énoncer simplement vos sujets de publication.

Pour vous aider à commencer, voici quelques questions :

  • Pourquoi créez-vous un blog public au lieu de tenir un journal personnel ?
  • Quels seront les thèmes que vous aborderez ?
  • Quelle est la cible privilégiée de votre blog ?
  • Si votre blog passe la première année avec succès, qu’espérez-vous avoir accompli ?

Répondre à ces questions ne vous enferme pas définitivement dans une voie. Ce qui est magnifique avec les blogs, c’est qu’ils sont en constante évolution au fur et à mesure de vos apprentissages, de votre développement et des interactions avec autrui. Il est toutefois opportun de savoir où et pourquoi vous vous lancez. L’articulation de vos objectifs peut simplement contribuer à apporter de nouvelles idées d’articles.

Vous ne savez pas trop comment commencer ? Écrivez simplement la première chose qui vous passe par la tête. Anne Lamott, auteur d’un excellent livre sur le processus d’écriture, affirme qu’il est nécessaire de s’autoriser un « premier jet bordélique ». C’est un enseignement essentiel : commencez par écrire, vous vous occuperez de retoucher votre texte plus tard.

Une fois que vous êtes prêt à publier, attribuez à votre article trois à cinq étiquettes qui décrivent son sujet : littérature, photographie, fiction, parentalité, alimentation, voitures, films, sports, etc. Ces étiquettes aideront les internautes intéressés par ces sujets à vous trouver dans le Lecteur. Veillez à ce que l’une de ces étiquettes soit « zerotohero », afin que les nouveaux blogueurs puissent vous trouver également.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer